C’était une promesse souvent entendue, et ce sera une réalité dès l’année prochaine. Le congé maternité unique est enfin créé, même si les kinés libéraux comme bien d’autres professions attendent encore une revalorisation de l’indemnisation de ce dernier.

Les kinés libéraux, une profession féminisée enfin entendue

Depuis plusieurs années, les femmes exerçant la profession de masseur kinésithérapeute libérale sous forme libérale, dénonçaient l’inégalité de leur traitement face au droit au congés maternité. Non seulement, elles s’indignaient que leur sort ne soit pas le même que celui réservé aux femmes salariées mais elles étaient encore plus choquées de la discrimination faite entre les femmes médecin et les autres professions paramédicales. Il faut dire, que la masso kinésithérapie connait la même tendance que bien d’autres professions de santé : la féminisation. Ainsi, si en 2011 la proportion de femmes dans le métier de masseur kinésithérapeute était de 48 %, il atteignait la barre symbolique des 50 % en 2016.

Et comme la très grande majorité des masseurs kinésithérapeutes préfèrent se tourner vers l’exercice libéral, cette question de l’inégalité et de la discrimination prenait de plus en plus d’importance au sein de la profession. Vice-Président de l’UNPS (Union Nationale des Professions de Santé) et  Président de la Fédération Française des Masseurs-Kinésithérapeutes Rééducateurs, Daniel Paguessorhaye affirmait il y a quelques mois : « Il faut absolument qu’il y ait une équité entre toutes les professions libérales ».  Mais depuis près d’un an, Marlène Schiappa, Secrétaire d’Etat en charge de l’égalité Homme-Femme, avait affirmé qu’une réponse serait apportée rapidement à cette revendication, et que l’ambition du gouvernement en cette matière était de parvenir à l’égalité entre toutes les femmes.

Le congé maternité des kinés libéraux, une évolution pour plus d’égalité

Ce sera donc une promesse tenue à partir de 2019, puisque la secrétaire d’état a déjà expliqué que le gouvernement adoptait toutes les mesures pour garantir que  « toutes les femmes, quel que soit leur statut et leur activité professionnelle, puissent avoir un vrai congé maternité, bien rémunéré, aligné sur le régime le plus avantageux quand elles sont multi-casquettes ». C’est une réponse apportée à toutes les professionnelles dont les kinés libérales. Le congé de maternité unique était une promesse du candidat Macron, devenu depuis Président de la République, et il sera donc mis en œuvre à compter de 2019.

Il n’existera donc plus de différence entre le congé maternité pour les femmes salariées et les travailleuses indépendantes, et le gouvernement a choisi de définir ce congé en nivelant par le haut. Les professions libérales et autres travailleuses indépendantes bénéficieront ainsi de cette mesure, puisque la durée maximale de leur congé maternité ne sera plus de 74 jours (comme c’est le cas actuellement)  mais de 112 jours, durée déjà applicable pour les salariées. Le Premier Ministre, Edouard Philippe,, a défendu cette mesure en prônant la fin des discriminations : « L’idée, ça va être d’augmenter la durée minimale du congé maternité (pour les travailleuses indépendantes : commerçantes, professions libérales, agricultrices…) en la faisant passer à huit semaines »

Au quotidien, quels changements pour le congé maternité des kinés libéraux ?

Les femmes, qu’elles soient kinés libéraux ou salariées, pourront donc dès 2019 bénéficier d’un congé maternité dont la durée sera comprise entre 8 semaines (minimum) et 16 semaines (maximum).  L’indemnisation du congé maternité n’a pas fait l’objet de révision, même si le Premier Ministre a déjà expliqué, que l’indemnisation devait tenir compte des spécificités de chaque profession. En prenant l’exemple des agricultrices, Mr Philippe a ainsi souligné qu’un dispositif permettrait à ces dernières de se faire remplacer pour continuer à « faire vivre l’exploitation « .

Pour les femmes exerçantes en tant que kiné libéral, seule la durée du congé maternité change, mais Marlène Schiappa a déjà fait savoir, que la prochaine étape serait d’analyser et d’identifier les spécificités des professions de santé notamment, afin de proposer une évolution de cette indemnisation. C’est donc un premier pas, qui en appelle d’autres, qui a été décidé pour cette année 2019, et les kinés libéraux comme toutes les autres professions indépendantes attendent beaucoup de ces négociations, qui sont appelées à s’ouvrir dans les meilleurs délais.

Et vous, êtes-vous satisfaits de cette évolution du congé maternité ? Quelles seraient selon vous les principales spécificités à prendre en compte pour les kinés libéraux ?