Un système de retraite par points et universel, on en parle depuis bien longtemps, et le chantier est désormais officiellement lancé. Les propositions officielles ont été dévoilées, et les kinés libéraux ont déjà manifesté leur mécontentement.

La retraite des kinés libéraux, une charge financière conséquente

Si le niveau de rémunération reste un des arguments les plus souvent cités par les étudiantes et étudiants en Masso-kinésithérapie lorsqu’il s’agit de justifier leur choix de l’exercice libéral plutôt que la voie hospitalière, cette décision implique aussi des charges financières supplémentaires. Professionnel de santé, le masseur kinésithérapeute est aussi et surtout un professionnel libéral, qui doit anticiper et prévoir sa retraite notamment. La situation des kinés libéraux en la matière est la même que tous les professionnels de santé libéraux, et tous attendaient, avec une certaine fébrilité, les propositions pour la grande Réforme du système des retraites en France.

Le Haut-Commissaire de la Réforme des Retraites (HCRR), Jean-Paul Delevoye, a rendu ses propositions le 18 juillet dernier. Rattaché au Ministère de la Santé et des Solidarités, le HCRR a traduit la volonté du président de la République :

  • Adopter un système de retraite plus équitable et plus juste pour toutes et tous
  • Elaborer un système de retraite, compréhensible par tout un chacun

Dans cette optique, Mr Delevoye propose, à travers ses propositions, un système de retraite universel, impliquant notamment la suppression des innombrables régimes spéciaux. Si l’ambition du gouvernement peut être louable en voulant rendre le système plus juste, il n’en reste pas moins qu’elle a provoqué la colère des kinés libéraux et de bien d’autres professionnels de santé. La Fédération Française des Praticiens de Santé (FFPS), qui regroupe plusieurs syndicats représentant des professionnels de santé exerçant en libéral ou en mixte, a déjà fait connaitre ses réticences vis-à-vis de ces propositions. Elle a indiqué vouloir peser de tout son poids sur les négociations qui se sont ouvertes, et qui doivent conduire à l’adoption d’un texte définitif, qui devrait être la nouvelle base du système de retraite en France. A terme cette réforme devrait être à vocation universelle et se substituer aux 42 régimes existant actuellement en France.

La Réforme des retraites pour les kinés libéraux, une hausse conséquente des cotisations

Avant même que le HCRR ne rende public ses propositions, les kinés libéraux et les autres praticiens de santé avaient déjà attiré l’attention des autorités sur leur niveau de rémunération, qui figure parmi les plus bas de toutes les professions libérales. Soumis aux tarifs réglementés, et sans aucune revalorisation d’importance de ceux-ci par l’Assurance Maladie depuis des années, les praticiens de santé exerçant en libéral avaient donc prévenu, qu’ils ne souhaitaient pas être soumis à une hausse conséquente des taux de cotisation retraite, applicable à toutes les professions libérales quelle que soit la nature de leur activité.

C’est pourtant, ce qui a été préconisé par Mr Jean Paul Delevoye. En affirmant qu’ »un euro cotisé vaudra les mêmes droits pour tous », le HCRR préconise des cotisations calculées sur l’ensemble des rémunérations des salariés (primes incluses) à hauteur de 28.12 %, cotisations partagées par l’employeur (60 %) et le salarié (40 %).

Pour les indépendants, dont font partie les kinés libéraux et les autres praticiens de santé, la proposition du HCRR correspond à une cotisation de 28.12 % jusqu’à un plafond de 40.000 € et de 12.94 % entre 40.000 et 120.000 €.  Si la hausse est conséquente pour les indépendants, les pouvoirs publics promettent une baisse de la CSG en contrepartie.

Pour les kinés libéraux, cette proposition est difficilement acceptable et envisageable, d’autant plus que comme les autres professionnels de santé, ils soulignent qu’ils devront encore faire face, dans les années à venir, aux réformes de l’Assurance Maladie. Pour la FFPS, la compensation de cette hausse des cotisations retraite par une baisse de la CSG apparait être une promesse, qui ne pourra pas être tenue, puisque les assiettes de calcul ne sont pas les mêmes.

Les négociations devraient donc être tendues, d’autant plus que bien que le gouvernement laisse entendre que tout est négociable, les arbitrages en la matière semblent d’ores et déjà avoir été tranchés.

Et vous, comment jugez-vous cette réforme du système de retraite pour les kinés libéraux ? Comprenez-vous cette hausse des cotisations des professions libérales ?