Entre les soins prodigués à ses patients et la gestion administrative de ces derniers, le kiné libéral connait, le plus souvent, des emplois du temps à rallonge. Alors comment faire lorsqu’il faut en outre s’occuper de la comptabilité et prendre des décisions importantes ?

Structure juridique et choix de l’imposition, les choix possibles pour le kiné libéral

Comme nous l’avons souligné dans notre précédent dossier, la loi de finances pour 2018 a doublé le seuil pour les indépendants en général et donc pour les kinés libéraux en ce qui concerne l’application du régime micro-BNC.  Depuis cette date, au-delà de 70.000 €, le kiné libéral est soumis au régime de la déclaration contrôlée, et en-dessous de ce seuil, il est soumis au régime micro-BNC (sauf si il fait la demande du régime de déclaration contrôlée). Beaucoup de kinésithérapeutes ont donc du choisir en 2018, puisqu’ils dépassaient l’ancien seuil de 33.200 € sans dépasser le nouveau. Ainsi un rapport de la Cour des Comptes soulignait que les BNC d’un kiné libéral en 2012 s’élevaient à 40.014 €. Pour eux, il a donc fallu choisir entre un abattement forfaitaire de 34 % pour le régime micro-BNC ou la déclaration des frais réels. Une estimation de l’Union Nationale des Associations Agréés (UNASA) définissait le pourcentage moyen de charges pour un kiné libéral à 49.30 %. Le régime micro-BNC apparait dans ces conditions, désavantageux pour le kiné libéral.

Mais le kiné libéral peut aussi exercer son activité en créant ou en rejoignant une entreprise : la SEL (société d’exercice libéral). Avec plusieurs associés, ces sociétés sont soumises à l’impôt sur les entreprises, alors que si le kinésithérapeute libéral est le seul associé, il restera soumis à l’impôt sur le revenu.

Si le choix de la structure et du mode d’imposition sont essentiels à la réussite de son exercice, le kiné libéral devra aussi se décider pour définir qui s’occupe de sa comptabilité, et pour se décider, il doit s’informer des différentes obligations qui peuvent s’imposer à lui.

Les obligations comptables du kiné libéral, des contraintes spécifiques à chaque forme d’activité

Les obligations du kiné libéral en matière de comptabilité varient en fonction du choix de la structure, que le professionnel de santé a choisi pour exercer son activité.

Le régime micro-BNC

Seul un livre de recettes doit être établi, répertoriant de manière chronologique, l’encaissement des recettes.

Le régime de la déclaration contrôlée

Le kiné libéral devra alors :

  • Tenir une comptabilité de trésorerie
  • Etablir et tenir à jour le livre-journal des recettes et dépenses professionnelles
  • Etablir un registre des immobilisations et des amortissements.

L’exercice du kiné libéral sous forme de société :

La comptabilité est à rapprocher des autres sociétés. Ainsi, le kiné libéral devra :

  • Etablir une comptabilité commerciale compète
  • Etablir et tenir à jour le Grand Livre
  • Etablir et tenir à jour le livre-journal
  • Etablir les comptes annuels (bilan, compte de résultat et annexe) et déposer ces derniers au greffe du tribunal de commerce.

De la saisie comptable au recours à un expert-comptable, les options possibles pour les kinés libéraux

Quel que soit son mode d’exercice, que ce soit en nom propre ou sous forme de société, un kiné libéral peut s’occuper lui-même de sa comptabilité. Il pourra alors s’appuyer sur l’utilisation d’un logiciel de comptabilité et même recourir à la délégation de la saisie comptable auprès d’un cabinet spécialisé. Si tenir sa comptabilité seul a un avantage incontestable pour le kiné libéral, puisque le coût est nul, cette décision présente toutefois deux risques majeurs : elle est chronophage et elle expose le kiné libéral au non-respect de toutes les obligations légales, qui s’imposent à lui. Le recours à un expert-comptable peut alors apparaître comme une solution personnalisable. En effet, l’expert-comptable peut prendre en charge la totalité de la comptabilité ou ne s’occuper que de la validation de celle-ci, par exemple lors de l’établissement des liasses fiscales.

Voilà les décisions, que devra prendre tout kiné libéral, qui s’installe et chaque décision devra être prise en fonction des contraintes mais aussi des ambitions de ce professionnel de santé.

Et vous, quel a été votre choix ? Qui s’occupe de votre comptabilité ? Utilisez-vous un logiciel ou faites-vous appel à un expert-comptable ?