Les visites à domicile font partie du quotidien d’un grand nombre de masseurs kinésithérapeutes. Pourtant, il est de plus en plus difficile pour les patients de trouver un professionnel pouvant se déplacer à leur domicile …

Masseur kinésithérapeute libéral, un exercice à domicile ou dans un cabinet ?

S’agissant des masseurs kinésithérapeutes, on parle souvent, et nous nous en sommes déjà fait l’écho, du choix entre l’exercice libéral et le parcours hospitalier. Ces deux voies principales de la kinésithérapie ne sont pourtant pas les seuls choix, que devra faire un masseur kinésithérapeute lors de son orientation professionnelle. Lors de l’installation d’un masseur kinésithérapeute libéral, ce dernier sera ainsi confronté à la diversité des missions qui l’attendent, que ce soit en cabinet ou au domicile des patients. En outre même en choisissant d’ouvrir un cabinet de masseur kinésithérapeute, le professionnel pourra opter pour une voie mixte, en intervenant dans un (ou plusieurs) établissements de soins, avec lesquels il aura noué un partenariat.

Cependant la thématique de la kinésithérapie à domicile pose questions depuis plusieurs mois voire même plusieurs années, comme le confirme un récent reportage du journal Le Parisien. Les journalistes ont suivi et interrogé Josselyne Buruchian, la dernière kiné de la ville de Stains à se déplacer au domicile de ses patients. Du reste, le ton est donné, lorsqu’elle se présente comme une « sans cabinet fixe ». Aussi intéressante soit-elle, la situation de Mme Buruchian permet surtout de soulever les problématiques liées à cette difficulté de trouver des masseurs kinésithérapeutes pour se déplacer au domicile de leurs patients.

La kiné à domicile, une nécessité pour une continuité des soins et un confort au quotidien

Lorsqu’elle déclare « Travailler à domicile n’a rien à voir (avec le travail en cabinet de kiné). Aller chez quelqu’un, c’est pénétrer son intimité. Le relationnel est beaucoup plus fort. », cette kiné souligne l’une des spécificités de ces interventions à domicile. Il ne s’agit pas d’opposer les soins prodigués en cabinet et ceux dispensés au domicile des patients, mais juste d’insister sur leur nature différente. Le plus souvent, les patients visités à leur domicile sont des personnes âgées, dont certaines ne peuvent plus se déplacer en cabinet. La visite à domicile représente donc la solution pour pouvoir continuer à rester chez eux.

L’exemple de Josselyne est emblématique de la profession. En effet, les masseurs kinésithérapeutes ont vu leurs effectifs être multipliés par deux entre 1990 et 2017. Cet accroissement spectaculaire du nombre de masseurs kinésithérapeutes en France masque cependant de grandes disparités d’une région à l’autre, d’une ville à l’autre. En revanche, partout sur le territoire, il est constaté une diminution importante du nombre de kinés n’exerçant qu’au domicile de leurs patients. Même s’il n’existe pas de sources chiffrées récentes, force est de constater que pour les patientes et les patients, il est de plus en plus difficile de trouver un masseur kinésithérapeute, se déplaçant à domicile.

Pourquoi les visites à domicile sont-elles de plus en plus rares ?

Même les professionnels le reconnaissent, alors que dans le même temps les efforts portés sur le renforcement de l’hospitalisation à domicile impliquent une hausse des demandes dans les années à venir. Pour expliquer ce recul ou cette « perte d’intérêt », trois facteurs sont souvent évoqués par les masseurs kinésithérapeutes eux-mêmes, au premier rang desquels on retrouve toute la problématique liée à l’insécurité. A certaines heures du jour et de la nuit, il est délicat de se déplacer dans certains quartiers, et les masseurs kinésithérapeutes ne sont pas les seuls à se plaindre de ce sentiment d’insécurité.

En second lieu, on ne peut masquer l’aspect économique d’une visite à domicile. Le kiné libéral percevra alors, dans la majorité des cas, 2.50 € d’indemnités kilométriques, ce qui est bien peu par rapport à ce qui est pratiqué pour les médecins notamment.

Enfin, le masseur kinésithérapeute libéral sera confronté aux contingences matérielles des visites à domicile, car se déplacer du domicile d’un patient à un autre peut se révéler extrêmement compliqué et chronophage, surtout par rapport au confort que représente le cabinet de kinésithérapie. Et Mme Buruchian résume parfaitement cette réalité du terrain : «  Lorsque vous travaillez en cabinet, vous avez tous les équipements sur place, c’est moins fatigant. »

Ce sont à ces obstacles, que les autorités sanitaires du pays devront s’attaquer, pour éviter que la kinésithérapie à domicile ne devienne un réel problème dans les années à venir.

Et vous, quel pourcentage de votre temps consacrez-vous aux visites à domicile ? Est-ce par choix ou pour vous adapter aux réalités du quotidien ?