L’installation en tant que masseur kinésithérapeute libéral n’est pas aussi simple que ça. Tout ne peut pas être aussi facile qu’Easykiné. Sans prétendre vous proposer le guide complet pour l’installation d’un cabinet de kiné, nous vous dévoilons plus un zoom sur les étapes incontournables pour commencer cette aventure.

La motivation et un état d’esprit, les deux piliers pour s’installer en kiné libéral

Avant de penser aux premières semaines d’exercice en tant que MKDE libéral, il est indispensable de bien murir son projet. L’ouverture d’un cabinet de kinésithérapie mobilisera, dans quelques semaines, toute votre énergie, et vous n’aurez alors plus le temps de vous poser pour réfléchir à votre avenir. Autant prendre le temps de la réflexion avant pour estimer votre motivation et votre volonté de devenir kiné libéral. Si vous êtes prêt à devenir un chef d’entreprise, un praticien de santé, un gestionnaire aguerri, un organisateur confirmé, et à tenir tous ces rôles en même temps, alors l’ouverture d’un cabinet de kiné est faite pour vous. Il est donc temps de passer à l’action. Inscrivez-vous à la Direction Départementale de l’action Sanitaire et Sociale (DDASS) et au Conseil départemental des masseurs kinésithérapeute.

Il vous faudra, une fois votre motivation évaluée, ne pas oublier les tâches administratives. L’administration fiscale, la caisse primaire d’assurance maladie, le registre du commerce pour obtenir votre numéro SIRET, l’URSAFF, …. Les démarches se multiplient mais désormais ce casse-tête administratif n’a plus de prise sur vous, car vous voulez devenir masseur kinésithérapeute libéral.

Le statut du masseur kinésithérapeute, le choix du chemin à suivre pour de longues années

Votre décision est prise, et vous êtes donc entrés en phase de préparation. La première étape sera donc de bien choisir votre statut. Souhaitez-vous vous lancer seul dans l’aventure du kiné libéral ou souhaitez-vous vous associer ? Préférez-vous le statut de kiné remplaçant ou alors celui d’assistant collaborateur ? Bien sûr, vous pourrez, dans l’avenir, changer de statut, mais avouez qu’il est quand même préférable de choisir la bonne voie dès le départ. Chaque mode d’exercice en libéral ou en mixte présente des avantages et des inconvénients, alors étudiez-les bien avant de vous lancer en tant que masseur kinésithérapeute libéral.

Quand le masseur kinésithérapeute découvre les joies (cachées) de l‘étude de marché

Nous vous avons prévenu en commençant ce dossier, mais l’ouverture de votre cabinet de kinésithérapie implique que vous répondiez à bien des obligations. Et avant de vous installer, l’étude de marché s’impose comme un prérequis incontournable. Identifier le nombre d’habitants de la ville, où vous souhaitez vous installer, le nombre de kinés déjà installés mais aussi celui des médecins, des pharmaciens et de tous les professionnels de santé. Même si elle peut vous apparaître comme fastidieuse, cette étude de marché est à la base de la réussite de votre cabinet de kiné libéral.

Pour rééquilibrer l’offre de soins en masseurs-kinésithérapeutes en France, des incitations existent pour que vous vous installiez dans des zones « très sous-dotées » ou « sous-dotées » en masseurs kinésithérapeutes libéraux. Ce contrat incitatif masseur-kinésithérapeute se traduit par :

  • Une aide forfaitaire annuelle
  • Une prise en charge des cotisations sociales dues au titre des allocations familiales

La Caisse d’Assurance Maladie précise toutes les conditions et les modalités d’application de ces aides, alors renseignez-vous avant de vous installer.

Le choix de votre cabinet de masseur kinésithérapeute, bien plus qu’un simple local

Si vous avez décidé d’exercer en tant que kiné libéral remplaçant, vous exercerez dans les cabinets des confrères ou consœurs, que vous remplacez. Cela ne vous dispense pas de répondre à toutes les obligations légales incombant au praticien conventionné. Mais si vous avez choisi de créer votre propre cabinet e kiné, seul ou en vous associant, il vous faudra alors choisir avec soin votre local. Son implantation géographique sera essentielle, puisqu’elle devra satisfaire les attentes de votre prochaine patientèle. En outre, il vous faudra respecter les normes pesant sur tous les locaux, accueillant du public. En effet, votre cabinet de kiné est assimilé à un E.R.P., acronyme administratif pour désigner un Etablissement Recevant du Public.

Il vous faudra donc respecter les obligations légales, notamment en ce qui concerne l’installation d’un système d’alarme, de moyens d’extinction du feu, … mais aussi aménager votre cabinet de kiné pour le rendre accessible aux personnes à mobilité réduite.

Enfin, en tant que futur masseur kinésithérapeute libéral, vous devrez équiper votre cabinet de tout le matériel nécessaire, aussi bien le matériel de kinésithérapie en lui-même que le matériel informatique, en passant par les chaises pour la salle d’attente ou le comptoir pour l’accueil.

Après l’étude de marché et avant de devenir masseur kinésithérapeute, vous voilà donc transformés en architecte d’intérieur.

Faire connaitre votre cabinet de masseur kinésithérapeute

Vous avez choisi et aménagé votre cabinet de kiné libéral, et maintenant vous pouvez vous lancer. Si vous avez consacré des mois et des mois à cette ouverture tant attendue et si vous ne pensez qu’à cela depuis des mois, vos prochains patients ignorent tout de cette ouverture d’un nouveau cabinet de kinésithérapie. Il faut vous faire connaître. Pour autant, il vous est interdit de vous lancer dans un démarchage commercial sauvage mais au contraire vous devez vous conformer aux dispositions légales en matière de publicité. C’est l’article R.4321-67 du code la Santé Publique, qui encadre le droit de la publicité des cabinets de masso-kinésithérapie.

Une plaque professionnelle, dont les dimensions ne devront pas dépasser 25 x 30 cm, et quelques annonces dans la presse locale, annonces soumises à conditions, vous sont permis. Le meilleur moyen pour un jeune kiné libéral de se faire connaître consistera à se présenter auprès des professionnels de santé de son secteur : médecins, pharmaciens, infirmières libérales, …. Le bouche à oreille pourra prendre la relève pour vous constituer une patientèle suffisante.

Les derniers détails et réglages avant d’ouvrir votre cabinet de kiné libéral

Vous voilà à quelques heures des premières instants de votre nouvelle vie de masseur kinésithérapeute. Vous avez pensé à tout et il ne vous reste plus qu’à soigner l’inauguration de votre cabinet de masso-kinésithérapie.  Des revues pour la salle d’attente, un film anti regard sur vos fenêtres pour une protection visuelle, le choix d’une musique d’attente pour votre standard téléphonique, le téléchargement de l’application Easykiné pour gérer votre cabinet en toute mobilité , … Ces derniers réglages peuvent sembler anodins, mais ils participeront aussi à votre réussite en tant que kiné libéral.

Vous pensez avoir fait le tour de toutes les tâches, qui vous incombent, et bien détrompez-vous. Car si l’aventure de cette création d’un cabinet de masseur touche presque à sa fin, il y a encore une casquette que vous n’avez pas endossée et pourtant ….

Le masseur kinésithérapeute, un banquier qui s’ignore !

On a gardé l’aspect financier de l’ouverture de votre cabinet de kiné pour la fin. Et pourtant, vous allez devoir endosser cette mission de banquier pour réussir à financer votre projet d’installation. Entre les charges diverses, le local (à louer ou à rembourser), le matériel, le coût de l’installation d’un kiné libéral peut vite augmenter de manière considérable.

Entre les fonds propres, les crédits bancaires, les solutions de location du matériel (plutôt que l’achat), vous devez réussir à boucler votre budget, et cette mission de banquier occupera une bonne partie de votre temps. Certes, vous pourrez bénéficier de certaines aides si vous respectez certaines conditions, comme par exemple l’installation dans une zone sous-dotée, mais cela n’atténuera en rien la responsabilité qui pèse sur vos épaules. Sans durée d’engagement et sans frais de résiliation, Easykiné représente la solution simple, efficace et économique pour bien commencer à gérer votre cabinet.

Plus généralement, chaque ouverture d’un cabinet de masseur kinésithérapeute est unique, et doit alors faire l’objet d’une budgétisation spécifique.

Ce survol des principales tâches qui vous attendent lors de l’ouverture de votre cabinet de kiné libéral démontre à quel point cette succession d’obligations doit concentrer toute votre énergie. C’est après avoir satisfait à chacune de ces missions, que vous pourrez commencer à profiter de votre choix de vie, celui d’un masseur kinésithérapeute libéral.

Et vous, vous souvenez-vous de votre installation en tant que kiné libéral ? Quelles ont été les principales difficultés, que vous avez rencontrées ? Et si vous êtes en phase de préparation, partagez votre expérience !