Si on en parle depuis des années, et même des décennies, le DMP a été lancé officiellement le 06 novembre dernier. En quoi le DMP va-t-il changer le quotidien des cabinets de kinés libéraux ?

Le DMP, bientôt une réalité pour tous les patients ? Une promesse ou une utopie ?

Depuis que la Caisse Nationale d’Assurance Maladie a repris le sujet du Dossier Médical Partagé (DMP) en 2016, de nombreux professionnels de santé se sont montrés sceptiques quant à l’avancée concrète de ce sujet. Il faut dire, qu’initié 12 ans avant, le DMP avait à l’époque déjà englouti plus de 500 millions d’euros pour ne rester qu’à l’état de tests. Et pourtant, les études et les actions se sont multipliées ces derniers mois, et si la généralisation du DMP a été annoncée par le plan santé du gouvernement, il aura fallu attendre ce mardi 06 novembre pour que la phase de lancement soit lancée par Agnès Buzyn, Ministre de la Santé.

Mme Buzyn a profité de l’occasion pour rappeler ses ambitions en la matière. Ce carnet de santé numérique devrait donc rapidement s’imposer comme « une évidence pour tous les Français, comme la carte vitale ». En chiffres, la Ministre de la Santé espère atteindre 40 millions de DMP d’ici 2022. Ce carnet de santé nouvelle génération va donc rapidement devenir une réalité pour tous les professionnels de santé, y compris pour les kinés libéraux.

Le DMP, quels changements pour les kinés libéraux et pour les professionnels de santé !

Le Dossier Médical Partagé n’a pas connu de succès avant 2016, notamment en raison des obligations qui étaient faite aux seuls médecins. Désormais, si le médecin peut toujours créer le dossier médical de son patient (et ce dernier peut continuer à le faire seul via le portail dédié), les autres professionnels de santé peuvent également créer ce sésame numérique. La Cnam garantit que cette création se fera en 30 secondes Top Chrono, même si kinés libéraux et professionnels de santé sont conscients que la procédure sera légèrement plus longue. En revanche, tous les moyens sont donnés pour atteindre l’objectif ambitieux de 40 DMP en quelques années.

Le DMP répond aux aspirations de Français et des Françaises, puisque les patients eux-mêmes se déclarent favorables à ce pas vers une e-santé plus quotidienne. Si les professionnels de santé, au premier rang desquels masseurs kinésithérapeutes, se félicitent de ce nouvel essor, ils ne cachent pas non plus leurs craintes. Si il est compréhensible d’avoir élargi la responsabilité du DMP à tous les professionnels de la santé, la multiplication du nombre d’» utilisateurs du DMP » pose aussi un problème de sécurité des données et de confidentialité. Une grille d’habilitation a été définie, et l’accès au DMP ne sera bien évidemment pas le même entre un orthésiste, un ambulancier, un kiné libéral et le médecin traitant. Seul l’usage pourra permettre de mettre en exergue les éventuelles et prévisibles problématiques soulevées par le DMP.

Entre continuité des soins et confidentialité des données, les enjeux du déploiement du DMP !

Le kiné libéral ne pourra que se réjouir de l’existence de ce Dossier Médical Partagé, puisqu’il aura accès à l’ensemble des analyses et examens, lui permettant d’avoir une connaissance plus complète de l’état de son patient. Créé pour améliorer la qualité des soins mais aussi pour garantir la continuité des soins (le choix du patient de changer de médecin ou de kiné libéral devrait, à court ou moyen terme, se faire en quelques clics), le DMP constitue aussi au quotidien un défi de sécurisation. Il appartient à tous les professionnels de santé de sécuriser le recueil, la conservation et la transmission de ces données de santé.

Déjà mobilisés pour l’application du désormais célèbre RGPD, chaque cabinet libéral de kinésithérapie se devra donc de respecter les prescriptions des autorités :

  • La sécurisation de tous les échanges électroniques
  • La protection de l’accès aux données
  • Le respect du droit des patients

Même si cela ne constitue pas, à proprement parler, un renforcement des obligations faites au kiné libéral, cela constitue bien un rappel aux fondamentaux en matière de sécurité.

Pour vous, le DMP sera-t-il un succès populaire et vis-à-vis des professionnels de santé que vous êtes ? Ce déploiement généralisé constitue-t-il, selon vous, des contraintes supplémentaires ou une avancée bénéfique pour vos patients ?