Bien que cela soit un peu plus compliqué que cela, le coût de votre installation en libéral dépend de l’emplacement de votre cabinet. Effectivement, s’installer en tant que masseur-kinésithérapeute est une décision qui vous imposera, qu’importe l’endroit où vous exercerez, de régler des charges importantes et de consacrer beaucoup de votre temps à la gestion administrative de votre cabinet. Quant à vos revenus et au budget, ceux-ci varient en fonction de diverses conditions.

Quelles sont les charges à prévoir ?

Pour ne pas être pris au dépourvu, il est nécessaire d’établir un prévisionnel. En effet, ouvrir votre cabinet de masso-kinésithérapie vous impose le règlement de charges fixes qui sont :

  • Votre loyer (ou la mensualité de votre prêt si vous être propriétaire de votre cabinet)
    Un masseur-kinésithérapeute doit exercer dans un établissement mis en conformité et garantissant l’accès aux personnes handicapées, comportant trois pièces séparées (une pour effectuer les soins, une salle d’attente et des toilettes)
    Le prix de votre loyer sera plus ou moins élevé selon le département et la localité dans laquelle vous exercez.
  • Votre inscription à une Association de Gestion Agréé (AGA)
    Cela coûte environ 200,00 € par an. Cette somme peut être déduite de vos frais professionnels. En plus de cela, un abattement de 20% vous est autorisé.
  • Votre expert-comptable
    La signature d’une lettre de mission auprès d’un expert-comptable n’est pas obligatoire mais fortement recommandée. Ses conseils et connaissances vous permettent de vous décharger de certaines tâches purement administratives et comptables. Vous gagnez ainsi du temps et de l’argent.
  • Votre logiciel de gestion de cabinet de masso-kinésithérapie.
    Pour moins de 20,00 € par mois, EasyKiné vous permet de gérer votre cabinet de manière simple et efficace.
  • Vos contrats d’assurance.
    Pour votre contrat de Responsabilité Civile Entreprise (RCP), il vous faut compter environ 110,00 euros annuels.

Aussi, vous devez endosser des charges variables qui sont déterminées en fonction de votre chiffre d’affaires, mais aussi de vos frais de déplacement (en partie compensés grâce au barème kilométrique).

  • La Contribution Sociale Généralisée (CSG) qui représente 2,4 % de vos revenus, non déductible
  • La Contribution au Remboursement de la Dette Sociale (RDS) qui représente 0,5 % des revenus, non déductible
  • La Contribution à la Formation Professionnelle (CFP) qui représente 0,15% du plafond de la Sécurité Sociale, déductible
  • La Cotisation Maladie qui représente 0,10% de vos revenus d’il y a deux ans (N-2)
  • Sans oublier…vos impôts.

D’une manière générale, il a été calculé que l’ensemble de ces charges qui vous sont imposées sont de l’ordre de 45% de votre chiffre d’affaires annuel.

Acquérir une patientèle, comment ça marche ?

Au regard de la loi, une patientèle est considérée comme « incessible », mais il est autorisé qu’un kiné, souhaitant réduire ou arrêter son activité, puisse prendre diverses dispositions à l’égard de l’un de ses confrères.

Vous avez donc deux possibilités : acquérir une patientèle auprès d’un masseur-kinésithérapeute cessant d’exercer ou alors trouver vos propres patients.

Si vous optez pour l’acquisition d’une clientèle, le coût de ce transfert déterminé d’après justificatifs, représentera 40 à60 % de la moyenne du chiffre d’affaires brut des trois précédentes années.

L’ancienneté du cabinet, l’équipement, l’emplacement, la concurrence, la possibilité de reprise du local (.. .etc) sont des facteurs qui serviront à déterminer le pourcentage qui permettra de calculer le prix de la patientèle.

Aussi, le masseur-kinésithérapeute « vendeur » s’engage à vous céder son matériel et à vous aider à faire la transition en vous introduisant auprès des patients.

Il est compliqué de vous indiquer un ordre de prix en ce qui concerne le rachat d’une patientèle car celui-ci peut être très fluctuant.

Cependant, il s’agit très certainement de l’option la sûre et la plus commode. Si vous choisissez cette formule, vous aurez les outils et l’aide nécessaires pour démarrer du bon pied.

Créer son cabinet et trouver ses patients

De la manière la plus simple, vous pouvez opter pour le rachat des parts d’un masseur-kinésithérapeute exerçant en cabinet. L’avantage se trouve dans le fait que les charges sont réparties entre tous les associés, mais surtout, vous démarrez sur une patientèle existante.

Autrement, il vous faudra créer votre cabinet en tenant compte des éléments suivants :

  • Si vous choisissez de vous installer dans une zone sous-dotée, vous aurez droit à des aides versées par la Caisse Primaire d’Assurance Maladie. Certes, vous ferez plus de route, mais le manque de concurrence dans cette région vous permettra de vous former une patientèle très rapidement.
  • Vous devrez prévoir un budget compris entre 15000 et 60000 euros selon la zone où vous aurez choisi de vous installer.

En d’autres termes, si vous vous installez dans une région où la concurrence est grande, il vous faut augurer un fond de roulement important pour pouvoir couvrir vos dépenses et garantir vos revenus lors de vos premiers trimestres d’activité.
En effet, se former une patientèle stable, cela peut prendre un peu de temps.

Comment vous êtes-vous lancé dans le libéral ? Quels sont les obstacles que vous avez rencontrés ? Avez-vous acquis ou monté votre patientèle ? Partagez votre expérience pour enrichir celle des autres…