Si la très grande majorité des étudiants en Masso-kinésithérapie choisissent d’exercer leur métier sous la forme libérale, ils sont nombreux aussi celles et ceux, qui souhaitent se spécialiser afin d’apporter une réponse toujours plus pertinente aux besoins de leurs patients. Devenir kiné du sport fait partie de ces spécialisations, qui séduisent un nombre toujours croissant de kinés libéraux. Mais la kiné sportive englobe de multiples réalités, et du kiné exerçant dans un club amateur à celui accompagnant des sportifs de haut niveau dans une compétition internationale, les moyens et les conditions de travail peuvent être diamétralement différentes même si l’objectif, lui, reste identique : garantir le bien-être et la santé des sportifs concernés.

Kiné libéral, un métier aux multiples facettes et aux nombreuses opportunités

Qu’il se destine à travailler à l’hôpital ou dans un centre de santé ou qu’il envisage de se lancer dans l’aventure en devenant kiné libéral, l’étudiant devra obtenir son diplôme de masseur kinésithérapeute, un diplôme d’Etat. Il pourra également, et c’est de plus en plus souvent le cas, suivre un cursus dans un autre pays de l’Union européenne, avant de faire valider sa formation pour pouvoir s’inscrire à l’Ordre des masseurs kinésithérapeutes. En effet, de nombreux masseurs kinésithérapeutes, s’inscrivant à l’ordre, ont obtenu leur diplôme dans un autre pays que la France, ce qui n’est pas sans poser quelques problèmes, comme nous l’avions souligné.

Une fois le diplôme obtenu, près de 8 kinés sur 10 choisiront l’exercice en libéral, délaissant la voie hospitalière. D’autres décideront de se spécialiser en suivant des cursus complémentaires, et il pourra alors s’agir de devenir un spécialiste reconnu que ce soit en kinésithérapie respiratoire, en spécialiste de la reconstruction posturale, en kinésithérapie infantile, …. Dans la voie hospitalière, certains kinés pourront, à l’issue de formation, évoluer vers des fonctions de cadres de santé ou autres postes à responsabilité. Devenir kiné sportif peut aussi constituer une ambition pour celui ou celle, qui désire se spécialiser. De nombreuses formations existent pour la kinésithérapie du sport, même si cette spécialisation englobe d’innombrables situations.

Kiné du sport, quelles fonctions précises pour ce kiné libéral spécialisé ?

Il n’existe pas de réponses précises à cette question, tant les missions confiées à ce professionnel de santé peuvent être diverses et variées. Le kiné sportif, salarié d’un grand club de football, ne connaitra pas les mêmes obligations et les mêmes missions qu’un masseur kinésithérapeute ayant décidé de se mobiliser pour le club de gym de sa ville. Devenir kiné du sport n’implique pas de connaitre la même carrière que Christophe Geoffroy, le kiné de l’équipe de France de Football victorieuse de la coupe du monde en 2018. Comme il l’explique très bien, si sa mission première était bien de prendre soin des footballeurs professionnels, il a aussi partagé pendant près de deux mois le quotidien d’une grande aventure : « Il n’y a pas que du professionnel. Au bout de 56 jours de vie commune, il y a une sympathie qui se met en place et c’est un peu comme une grande famille. »

Tous les kinés sportifs ne connaitront pas le même parcours, mais dans tous les cas, il s’agira surtout de prendre soin des sportifs, qu’ils soient amateurs ou professionnels. Le kiné sportif est un expert de la gymnastique médicale et des massages, mais il doit aussi pouvoir favoriser la récupération des athlètes. La prise en charge du sportif doit donc être complète et donc reposer sur une parfaite connaissance des pathologies liées au sport concerné. Concernant la récupération, le kiné sportif devra pouvoir accompagner un sportif, cherchant à retrouver sa place et son niveau après une blessure ou un traumatisme, tout comme il devra s’assurer de la parfaite capacité de chacun des sportifs à pouvoir enchainer les prestations, selon la discipline et le calendrier défini.

Le kiné du sport, un membre à part entière du staff technique d’un club ?

Comme le kiné officiel de l’équipe de France de Football, chaque kiné sportif, exerçant au sein d’un club de sport ou d’une fédération sportive, se doit de connaître précisément la discipline concernée mais aussi ses contraintes et ses spécificités sur l’organisme. Cette spécialisation dépasse amplement le cadre de la seule masso kinésithérapie. En effet, le kiné sportif devra pouvoir s’appuyer sur ses connaissances approfondies en matière de préparation physique, mais aussi de chronobiologie mais aussi d’alimentation et de nutrition.  Le kiné sportif, au sein d’un club de sports, a la responsabilité d’amener chaque sportif à être en pleine possession de ses moyens au moment souhaité. Et l’objectif n’est pas aussi simple à atteindre que cela peut apparaitre. 

C’est pourquoi le kiné sportif, lorsqu’il travaille dans un club de sport, est intégré au staff technique de ce dernier. Cela lui permet de travailler en rapport avec les préparateurs physiques, l’entraineur mais aussi les autres membres de l’encadrement, qui partagent tous le même objectif. Dans les clubs amateurs, cet encadrement peut être très limité et même parfois se résumer au seul kiné sportif, qui assume alors les rôles de kiné, de préparateur physique et de coach physique et mental.

Devenir kiné du sport, une voie pour rejoindre les clubs et les fédérations

Dans la très grande majorité des cas, le kiné d’une équipe de sport amateur exerce aussi dans son cabinet de kinés libéraux, et cette spécialisation sportive reste une facette non exclusive de son activité. En revanche, le kiné sportif pourra aussi se consacrer au suivi et aux soins spécialisés à prodiguer aux sportifs, indépendamment de leur discipline et de leur niveau.  Dans une clinique du sport ou dans un cabinet de kinés libéraux sportifs, il prendra en charge les sportifs, ayant décidé de pousser la porte de son cabinet. Si le quotidien de ces kinés sportifs est différent de celui de ceux exerçant en clubs, la finalité reste la même avec la volonté d’optimiser la récupération et de renforcer l’état de forme des patients. En outre, les kinés libéraux, exerçant dans un tel centre spécialisé consacré aux sportifs, constituent aussi un groupe, parmi lequel, les fédérations ou les clubs sportifs viendront se renseigner ou même recruter si le besoin s’en fait sentir.

Qu’il exerce en club ou dans son propre cabinet, le kiné du sport doit donc développer une « vision sportive » de la traumatologie, comme l’expliquait un kinésithérapeute de l’INSEP (l’Institut National du Sport, de l’Expertise et de la Performance). Comme tous les kinés libéraux, le kiné sportif doit écouter et comprendre les souffrances de son patient, mais il doit en outre, analyser et comprendre le geste sportif, afin de choisir les techniques de soins les plus adaptés. C’est en cela, que la kinésithérapie sportive constitue réellement une spécialisation du métier de masseur kinésithérapeute.

Et vous, comment considérez-vous cette spécialité de kiné sportif ? Avez-vous été tenté par l’aventure ? Ou exercez-vous en tant que kiné sportif dans un institut spécialisé ou dans un club de sport ?