Si la question de la communication des kinés libéraux revient régulièrement sur le devant de la scène, c’est que de nombreuses entraves apparaissent au fur et à mesure que le Web prend de l’importance dans l’économie de la santé

Comment les kinés libéraux se font-ils connaitre de leurs patients ?

Les kinés libéraux, comme bien d’autres professionnels de santé ou non, sont eux-aussi en vacances. C’est une période privilégiée pour s’interroger sur les grands projets de la nouvelle année qui se prépare. La question du « recrutement » de nouveaux patients est au cœur de ces problématiques liées au développement des cabinets de masseurs kinésithérapeutes. On ne va pas revenir sur l’interdiction faite aux professionnels de santé en général et aux kinés libéraux en particulier de faire leur promotion. Il leur est interdit d’attirer les patients en faisant leur « pub » que ce soit sous forme papier mais aussi sur le web.

Le bouche à oreilles, la recommandation par d’autres professionnels de santé, la participation à la vie locale de la commune ou du quartier dans lequel ils sont installés, … voilà des moyens toujours aussi efficaces pour se constituer une patientèle lorsque l’on se lance en tant que kiné libéral. Mais avec le développement des nouvelles technologies et de la digitalisation généralisée de nos sociétés, les kinés libéraux à l’instar des médecins ou des infirmières et de tous les professionnels de santé, veulent pouvoir profiter de ces nouveaux outils, permettant notamment de choisir un professionnel de santé avec les possibilités offertes par la géolocalisation par exemple.Si le Ministère de la Santé n’a pas écarté la nécessité de changer les règles en matière de communication, on ignore encore, à l’heure actuelle, si ces évolutions prendront en compte ces nouvelles demandes des kinés libéraux.

Promouvoir un cadre bénéfique aux patients et aux kinés libéraux

Le Digital a transformé bien des habitudes de notre quotidien, et on ne recherche plus un kiné libéral aujourd’hui comme on le faisait il y a 10 ou 20 ans. De nouveaux services se sont créés, comme ces plateformes permettant de mettre en relation les patients d’une part et les professionnels de santé d’autre part. Doctolib s’est ainsi imposé comme le leader (certains dénoncent même une situation de concurrence déloyale tant la situation de ce site semble se caractériser par un monopole incontestable) en la matière. Cette plateforme de prise de rendez-vous en ligne est désormais connue de tous les français et implique, pour le kiné libéral qui veut en bénéficier, de souscrire un abonnement. Les services offerts sont réels, mais la relation directe entre le kiné et ses patients semble souffrir de la situation. Peut-être qu’autoriser les kinés à communiquer plus librement notamment sur Internet permettrait de balancer les pouvoirs de ces plateformes face à des kinés qui se sentent de plus en plus isolés ? Bien que l’objectif soit de simplifier le parcours de soins des patients, il ne faut pas que cette transformation digitale de la santé se fasse au détriment des kinés libéraux. On comprend bien, que dans des zones tenues, l’installation d’un kiné libéral doit obligatoirement s’effectuer avec un abonnement à cette plateforme virtuelle de prise de rendez-vous, d’autant plus sur les cabinets concurrents de kinésithérapie se sont déjà inscrits à ce service.

Vers un « bouche à oreille » digital, une vraie mauvaise idée ?

Une des craintes des professionnels de santé et notamment des kinés libéraux réside dans le fait, que cette économie digitalisée donne l’apparence aux patients de bénéficier de conseils des autres patients. Un bouche à oreilles digital, que beaucoup de professionnels n’entendent pas accepter docilement.  C’est d’autant plus inquiétant, que le Web est devenu le support santé d’une grande majorité de patients. C’est notamment ce que révèle la 5ème édition du Baromètre Santé des Pages Jaunes.

Le Baromètre santé des Pages jaunes passe au crible les 311 millions de requêtes effectuées sur le site en 2018. Des données qui mettent en exergue les difficultés d’accès aux soins. On découvre ainsi, qu’en 2018, si 38 millions de recherches ont été faites pour trouver un médecin généraliste, 21.5 millions de requêtes concernaient les kinés.  Plus de 311 millions de recherches ont été effectuées sur Pages Jaunes pour trouver un professionnel de santé, et le site propose lui-aussi un service de géolocalisation, avec des options de mise en avant des coordonnées, … moyennant cotisation bien évidemment. Il semble bien que communiquer sur la Toile pour les kinés libéraux ne soit plus possible seul et sans s’appuyer sur les acteurs de ce nouveau monde.

Et vous comment considérez-vous cette communication sur la Toile ? Comment faites-vous au quotidien pour vous faire connaître ?