N’est-ce pas la période réservée aux vœux de bonne année mais aussi à l’établissement de bilan de l’année passée ? Les Kinés vous propose de vous accompagner dans cette période de transition en soulevant les attentes portées sur la nouvelle année à venir.

Une année 2018 pleine de promesses ou à l’origine d’inquiétudes pour les kinés libéraux ?

Chaque année, en cette période hivernale, la tradition des bilans en tout genre et des vœux pour la nouvelle année, qui s’annonce fait son grand retour. Les masseurs kinésithérapeutes n’échappent pas à la règle. Les kinés libéraux pensent déjà à 2018 et aux changements annoncés, sans pour autant oublier les tensions et les déceptions, connues tout au long de 2017. C’est donc entre espoir et fatalisme, que les kinés libéraux vont entamer cette année 2018. Il faut dire, qu’en mai 2017, la nomination d’Agnès Buzyn en tant que Ministre des Solidarités et de la Santé a suscité un vent d’optimisme chez les masseurs kinésithérapeutes libéraux comme pour bien d’autres professionnels de santé.

L’ancienne présidente du Collège de la Haute autorité de Santé (HAS) n’était pas à l’époque, inconnue des kinés, puisqu’elle avait participé au colloque de septembre 2016 (colloque organisé par le Conseil national de l’Ordre des Masseurs-Kinésithérapeutes pour célébrer les 70 ans de la profession et les 10 ans de l’Ordre). Les masseurs-kinésithérapeutes avaient alors pu apprécier son intervention au cours de la table ronde consacrée à « La kinésithérapie mobilisée face aux défis de santé publique qui s’annoncent ».

2018, une nouvelle orientation donnée à la politique de Santé en France ?

Cet optimisme, soulevé par la nomination d’une clinicienne connaissant le quotidien des professionnels de santé et les problématiques s’y rattachant, n’est certes pas entièrement retombé, mais il a été rapidement tempéré par le pragmatisme de Mme la Ministre. Ainsi même si le déficit de la Sécurité Sociale devrait reculer en 2018 (il est ainsi estimé à 3 milliards d’euros contre plus de 4 en 2017), Mme Agnès Buzyn a déjà fait connaître son ambition d’un retour à l’équilibre à l’horizon 2020. Des réformes structurelles sont d’ores et déjà engagées et/ou annoncées : le renforcement (encore) de l’ambulatoire, la lutte contre les déserts médicaux, la mutualisation des besoins (hôpitaux, maisons de santé pluridisciplinaires, …).

Même si toutes ces mesures ne concernent pas directement les masseurs kinésithérapeutes libéraux, ces derniers attendent toutefois les applications concrètes de ces changements de règles et les conséquences, qu’elles pourraient avoir sur leurs activités. Ainsi, en octobre dernier, répondant aux questions des journalistes du Journal du Dimanche, Agnès Buzyn explicitait la volonté gouvernementale de favoriser la délégation de tâches : « nous favoriserons les rémunérations au forfait des équipes de soins (infirmière, kiné, diététicien…), qui suivent des patients atteints de pathologies complexes. ». Il faudra attendre quelques semaines avant de connaître précisément les conditions et les rémunérations concernées par ces ambitions.

Une période de doute, mais aussi l’assurance d’un changement profond !

C’est donc une certitude, 2018 devrait marquer le début d’un changement en profondeur de notre système de santé. Cette transition suscite d’innombrables questions et reste à l’origine d’inquiétudes légitimes, qu’il s’agisse de l’avenir des masseurs kinésithérapeutes ou plus généralement du devenir des soins dits de ville. Car la prise en charge des patients âgés, de plus en plus importante avec le vieillissement de la population, sera, à n’en pas douter, un des chantiers prioritaires du gouvernement.

2018 sera donc une année riche en changements, et le blog, Les Kinés, ne manquera pas de revenir, le plus souvent possible, sur ces évolutions et sur les questions que ces dernières entraînent. Cela ne doit pas nous empêcher de rester optimiste.

Toute l’équipe du blog Les Kinés vous souhaite une bonne et heureuse année 2018.

Et vous, quels sont vos attentes par rapport à cette nouvelle année qui s’annonce ? Comment voyez-vous ces réformes annoncées se mettre en place ? Et quelles en seront les conséquences pour les masseurs kinésithérapeutes libéraux au quotidien ?